Le tantrisme – l’expérience d’une sexualité spirituelle

Définition de tantrisme

« Religion synthétique issue de l’hindouisme, du jaïnisme et du bouddhisme tardif. Le tantrisme est une manière de penser et d’agir qui a pénétré la totalité de l’hindouisme et certaines écoles bouddhistes et jaïna, dans les domaines de la pensée, de la pratique et de l’art. Le tantrisme cherche à réaliser l’identité du monde phénoménal et de celui de l’absolu au moyen de pratiques physiques et psychologiques souvent exprimées à travers un langage ésotérique et érotique. Ces pratiques physiques et psychiques, qui font appel à des diagrammes (yantra), des figures (mandala) ou des formules (mantra), apparaissent souvent en relation avec celles du yoga, ou bien s’en inspirent. » (Larousse).

En réalité, le tantrisme est un culte beaucoup plus complexe, ayant pour but l’accomplissement et le dépassement de soi. Cette doctrine, ayant son origine en Inde, est fondée sur la croyance en deux principes complémentaires. Ces principes symbolisés par le couple masculin et féminin prônent la recherche de l’union divine dans la fusion harmonieuse de ces contraires par l’emploi de plusieurs méthodes physico-spirituelles, et notamment érotiques. Le tantra traditionnel est donc une voie de transformation intégrale de l’être humain qui passe par le corps et les sens. Le tantra est issu d’un ensemble de livres sacrés dispensant cet enseignement. Ils sont rédigés sous forme de dialogues entre les divinités masculines et leurs aspects féminins, notamment entre Shiva et Parvati.

L’interdépendance des principes masculin et féminin

L’un de principes fondamentaux dans la mythologie indienne est l’association de l’énergie masculine et de l’énergie féminine. C’est de la fusion de ces deux contraires qu’est né le cosmos. Chaque divinité indienne est associée à un principe féminin . Tous les dieux étant des aspect de la divinité suprême,  les déesses sont des aspects de la déesse suprême. L’union des deux principes est source créatrice de l’énergie de la vie. L’équilibre entre le masculin et le féminin est au centre de mythes hindous dont le plus révélateur est l’histoire de Shiva et Sati (ou Shakti).

 

shiva

 

Le mythe de Shiva et Sati (ou Shakti)

Shiva est un dieu indien impétueux, complexe et contradictoire. Manifestant le côté sombre du divin, il a les pouvoirs de mort et de destruction. Prompt à la colère, c’est une figure terrifiante, il est représenté entourée d’esprits et de monstres. Cependant Shiva dieu destructeur est représenté également comme un créateur puisqu’il détruit dans le but de reconstruire un monde nouveau et meilleur.

Un célèbre mythe évoque l’amour de Shiva et de la déesse Sati (ou Shakti). Daksha, le père de Sati refuse que sa fille épouse Shiva. Mais Sati et Shiva se marient quand même contre la volonté de Daksha. A seule fin d’insulter Shiva, le vaniteux Daksha organise une grande cérémonie sacrificielle, à laquelle il invite tous les dieux et déesses, sauf Shiva et sa fille Sati. Mais la déesse Sati se rend quand même à la cérémonie. Voyant qu’aucune offrande n’a été faite à Shiva et entendant les insultes de son père, Sati ne peut supporter l’offense. Elle s’assoit par terre et se concentre. Des flammes jaillissent et consument peu à peu son corps, Sati s’immola dans le feu.

La Bhâgavata Purana exprime cette mythologie concernant la Déesse Sati :

« Après avoir ainsi accablé d’injures Daksha, au milieu du sacrifice, Satî [future Parvati réincarnée] s’assit par terre en silence, se tournant du côté du Nord, puis, ayant porté de l’eau à ses lèvres et s’étant enveloppée dans son vêtement de couleur jaune, elle ferma les yeux et entra dans la voie du Yoga.
Ayant supprimé également toute inspiration et toute expiration, maîtresse de sa position, après avoir rappelé de la région du nombril le souffle vital nommé Vdâna, et avoir peu à peu arrêté dans son cœur à l’aide de sa pensée, ce souffle qu’elle venait de fixer dans sa poitrine, la déesse irréprochable le fit remonter jusqu’à sa gorge et de là jusqu’au milieu de ses deux sourcils.
C’est ainsi que, voulant abandonner ce corps que le plus grand des êtres avait tant de fois placé par tendresse sur son sein, la vertueuse Satî, poussée par la colère de Daksha, soumit son corps à l’épreuve qui consiste à renfermer en soi-même le feu du souffle vital.
Pensant ensuite au nectar du lotus des pieds de son époux [le dieu Shiva], du Précepteur de l’Univers, elle ne vit plus autre chose ; et son corps, purifié de tout péché, parut tout d’un coup embrasé par le feu qu’y avait allumé la Contemplation. »
— Satî abandonne son corps, (Bhâgavata Pourâna, ixe siècle) 4.

Apprenant la nouvelle, Shiva fou de douleur, crée un démon afin de tuer Daksha. Il lui ordonna de couper la tête de Daksha et la remplaça par une tête de chèvre, le ramenant ensuite à la vie. Toujours submergé de colère, Shiva prit le corps de Sati sur ses épaules et fit le tour du monde en courant éperdument pendant des jours. Comme cela risquait de détruire le monde, le dieu Vishnu , découpa le corps de Sati en morceaux arrêtant la course destructrice de Shiva. Les morceaux du cadavre de Sati, qui tombèrent sur terre, forment des lieux sacrés vénérés dans l’hindouisme nommés Shakti Peetha.

Shiva part ensuite s’enfermer dans une grotte loin des dieux et des hommes laissant le monde en proie aux démons. Les dieux supplient donc Sati de se réincarner pour sortir Shiva de sa méditation et pour le faire revenir. Sati naît donc à nouveau sous forme de la jeune et jolie Parvati. Tous les jours elle va fleurir la grotte de Shiva mais celui-ci l’ignore. Les dieux s’inquiètent, mais Parvati les rassure en promettant de leur ramener Shiva puis part à son tour méditer et mener une existence de grande solitude. Quelques temps plus tard, Shiva prend la forme d’un homme pour aller la voir. Il se moque devant elle de sa dévotion pour dieu Shiva, elle renvoi l’homme ne trahissant pas son affection pour le dieu. De cette façon Sati a réussi les deux épreuves imposées par Shiva. Ce dernier, ému par sa dévotion, consent alors de l’épouser. Une fois mariés il n’en sont pas moins séparés régulièrement, soit du fait de leur missions respectives, soit suite aux disputes, mais ils finissent toujours par se retrouver. Ils sont destinés l’un à l’autre, ils sont deux parties d’un même être. C’est ici que l’association de l’énergie masculine et de l’énergie féminine prend tout son sens. Selon la tradition, l’âme originelle est détenue par Shiva alors que l’énergie activant cette âme est détenue par Parvati.

 

shiva parvati

 

La relation entre Shiva et Parvati

La relation entre Shiva et Parvati représente l’union de l’énergie masculine et de l’énergie féminine sous forme d’extase et de bonheur sexuel. Il est mentionné dans certains textes anciens que Parvati domine la prouesse sexuelle du Seigneur Shiva et son immense vitalité sexuelle. Shiva enseigna à sa femme une connaissance transcendante alors qu’elle lui donnait la connaissance du cosmos.

La sexualité est très importante entre Shiva et Parvati. Dès qu’ils se réunissent leur amour renaît et ils deviennent indestructibles. En accomplissant la fusion ils s’élèvent spirituellement et de cette façon exercent un véritable pouvoir sur le cosmos. En effet, c’est en fusionnant les deux polarités que la force s’active. Les deux se complètent, Parvati calme Shiva, alors que ce dernier agit par elle.

La fusion de ces deux êtres et notamment la fusion sexuelle est représentée par la position Yab Yum. C’est une position qui permet de maintenir l’érection masculine très longtemps. L’acte et le plaisir seront long et lent, la fusion sera complète. Les partenaires sont face à face, les yeux dans les yeux, ils ne forment plus qu’un.

Cette position a l’avantage de faciliter le contrôle de l’énergie sexuelle. L’homme s’assoit dans la posture de lotus ou sa variante s’il ne peut pas l’exécuter. Il garde le buste droit et reçoit sa partenaire dans les bras , celle-ci s’assoit sur sur son pénis en érection, en lui enlaçant les épaules et en serrant les jambes autour de lui, se laissant pénétrer avec volupté. C’est une position extrêmement excitante pour les deux partenaires qui peut permettre à la femme d’atteindre un orgasme cervico-utérin. C’est la forme la plus profonde d’orgasme que la femme puisse vivre. La position de l’homme et de son pénis en érection lui permet même de pénétrer dans le col utérin, cela fait vivre l’expérience des états orgasmiques exceptionnelles chez les deux partenaires. En enfermant les deux extrémités de pénis, la femme peux retarder l’éjaculation masculine pour que l’extase dure plus longtemps. Par ailleurs, la femme a un rôle actif dans cette position car elle peu se balancer d’avant en arrière et elle peut également jouer avec le pénis de son compagnon en le serrant très fort puis en relâchant (pour celles qui savent se servir de leurs muscles vaginaux).  Dans cette posture les deux partenaires sont en fusion, leurs organes sexuels ont un bon contact, ce qui permet à l’homme de pénétrer sa femme très profondément.

 

position

 

La pratique du tantrisme

Le tantra est avant tout une activité spirituelle, un art de vivre. La dimension sexuelle n’est pas son seul aspect, d’autres techniques existent pour s’élever spirituellement et procurer du bien-être à son corps et à son esprit, comme par exemple le yoga, la méditation, les chants appelés les mantras. Le corps est alors considéré comme un moyen permettant d’atteindre un sentiment d’accomplissement et de dépassement de soi.

Dans le tantrisme, l’acte sexuel n’est pas le plus important. En effet, la pratique sert à apporter du bien-être à différents niveaux. La séance devrait débuter par la respiration, la méditation et la visualisation afin de se débarrasser du stress journalier et des mauvaises énergies, et pour pouvoir se centrer. Puis il convient de procéder au massage tantrique. C’est un massage intégral. Il se pratique totalement nu et en se servant des huiles essentielles, idéalement des huiles chaudes. Avec lenteur, douceur et sensualité chaque partenaire se masse, caresse et explore le corps de l’autre. Chaque centimètre de la peau doit être cajolé. Il faut s’abandonner, se laisser aller et se laisser envahir par les sensations.

Le massage tantrique est une ode à la volupté, à la sensualité, à la délicatesse. Le toucher ne cherche pas à exciter mais à stimuler la sensibilité du corps. Le but est de ressentir la plénitude de son corps et de son esprit seulement à travers les effleurements et les caresses. Le massage tantrique peut permettre l’atteinte de l’orgasme à lui tout seul.  Ou bien être seulement un avant goût de l’acte…

 

Ce que permet la pratique du tantrisme

Au-delà du bien être et de l’éveil des sens, le tantrisme est une expérience enrichissante qui permet de se relaxer et de rétablir la communication corporelle entre les deux partenaires. Il nous permet de connaitre une autre forme de plaisir par la stimulation du corps dans son ensemble. Mais cette pratique est censée permettre aussi une élévation spirituelle : une meilleure circulation des énergies, le lâcher prise , l’abandon de l’ego, l’élévation de la conscience, l’union spirituelle. Alors l’essayer c’est l’adopter !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s